mercredi 5 août 2009

Meneham

Sur la côte sauvage du Finistère nord, il y a de nombreux lieux aux paysages magiques, chargés d'histoires et d'Histoire. C'est le cas du petit village de Meneham, en fait, un hameau de Kerlouan, sur la côte des légendes.


Le cachet du lieu est la conséquence de plusieurs choses.
Tout d'abord une géologie chaotique où le granit et les dunes de sables (arène granitique remanié) se partage le sol.
Puis un village, en ruine il y a encore quelques années, est aujourd'hui restauré. Il accueille des activités diverses dans les différents maisons réparées, voire rebâties comme au milieu du XXe siècle, car ce village était habité il y a encore assez peu de temps.
Le café-restaurant a repris la place de celui qui a fonctionné de 1936 à 1973 avec de la cuisine traditionelle bretonne (comme le Kig a Farz). Dommage que les tarifs soient un peu chers.
La Maison Salou a été transformé en espace muséographique. C'est encore un peu fruste mais ce n'est paut-être qu'un début.
La Maison Boédoc est devenu l'espace d'acceuil avec une exposition permanente qui présente le cadre général géologique, botanique et humain.


D'autres maisons existaient et certaines sont déjà utilisées comme gite de vacances.
Le village vivait essentiellement de culture de la terre sableuse environnante, du ramassage du goémon ou pioka (goémon frisé).
Mais ce village serait comme de nombreux autres s'il n'y avait eu la présence de la douane du XVIIe au XIXe siècle. En fait, c'est sans doute à partir de la présence des douaniers que le village s'est bâti. Un caserne y est encore visible. Elle héberge un village d'artistes.


Et entre les roches, dans le chaos qui domine le hameau, se trouve le poste de douane, le "corps de garde" où l'on vous racontera les légendes qui courent sur ce lieu et qui faisant dire que les habitants étaient aussi des naufrageurs.

Ce site me fait poser la question de la pérénité de ce type d'aménagement. Le Conseil Général du Finistère et la commune de Kerlouan ont misé cher et investi beaucoup dans ce projet. Pour le moment (suite à la discussion que j'ai eu avec une des responsables de l'acceuil), le gite est bien réservé, le restaurant tourne mieux que les années passées, les animations sont suivies par les vacanciers comme par les locaux. En effet, l'impact local est fort car les personnes agées qui ont vu le village de Ménéham vivant vienne retrouver l'ambiance des temps passés.
Mais qu'en sera-t-il de la vie du site dans quelques années ? Le renouvellement des activités y sera difficile. L'authencité saura-t-elle résister au poids du tourisme de masse qui est souhaité par le CG29 ?

Plus d'infos (pastez, jeux de boules, four à pain, sur le site de l'office de tourisme de Kerlouan, mais aussi simplement en tapant "Meneham" sur votre fureteur favori.
Et il y a même une page sur Wikipedia.
Et encore un site de photo très documenté ici.
Et un autre site d'où vient la photographie des maisons en chantier, celui de la Tribu d'Anaximandre.

Le village au milieu du XXe siècle.

1 commentaire:

latribudanaximandre a dit…

bonjour,
bel article sur lequel je retrouve une de mes anciennes photos ! il me serait agréable qu'un lien vers mon blog y soit mentionné !
mon article et ma photo datant du 29/10/07 se trouvent ici :

http://latribudanaximandre.wordpress.com/2007/11/06/la-renovation-des-maisons-du-village-de-pecheurs-de-meneham/